Home

Gallery Boxes Shop Minifig Shop Instructions Press Contact Links

Home

Galerie Boites Shop Minifig Shop Instructions Presse Contact Liens

SUD OUEST 24 Décembre 2002
Journal français / french newspaper

JOUETS. Les adultes aussi s'intéressent aux Lego. Exemple avec un collectionneur bordelais

Maniaque de la briquette
: par Catherine Darfay

Eric Druon n'a pas commandé de Lego à Noël cette année. Il a ce qu'il lui faut, merci : 250 « sets » (boîtes) de 200 ou 300 pièces chacun, plus les pièces en vrac, soit 150 000 briquettes colorées, recyclées en scènes diverses et variées sur son bureau ou soigneusement rangées dans des casiers de boîte à outils en attendant la prochaine idée. A 36 ans bien sonnés, ce Bordelais graphiste dans le civil, fait partie de ces « legomaniaques » innombrables aux Etats-Unis, assez nombreux en Allemagne mais encore rares en France. Dans cette confrérie secrète, le grand enfant se range dans la catégorie « customiser » : « Certains collectionnent les boîtes sans même les ouvrir. Moi, j'ai choisi d'en faire quelque chose », précise-t-il.


Fan de « Star Wars ». Nostalgique ? Pas vraiment. D'ailleurs, quand il était petit, Eric Druon n'aimait pas plus que ça les garages, boutiques et autres maquettes classiques proposées par la fameuse marque danoise. « Je me souviens tout de même d'un copain qui avait un grenier bien fourni. Mais ça m'a vraiment pris à la fin des années 70 quand ils ont sorti des gammes "aventure" avec des pirates, des vaisseaux spatiaux, le Moyen Age. C'est ça que j'attendais depuis toujours... » Sa passion pour « Star Wars », dont il collectionne également les figurines et objets fétiches, a fait le reste. Surtout quand, en 1999, vingt ans après la sortie du premier épisode de la saga filmée de George Lucas, Lego s'est à son tour mis à proposer des produits dérivés sous licence. Depuis, le Bordelais a singulièrement agrandi son coffre à jouets, raflant quelques occases dans les vide-greniers, échangeant pièces et astuces avec d'autres maniaques de la briquette.
Mais, comme tous les enfants, c'est le neuf qu'il préfère. Même si, en bon adulte à qui on ne la fait pas, il en fait autre chose que ce qu'il y a marqué sur la boîte. Un village d'Astérix, par exemple, alors que les héros gaulois n'ont jamais existé dans les « sets » officiels : il lui a suffi de façonner les personnages en brique et de les habiller d'autocollants sortis sur son ordinateur. Simple ? Voire. Au gré de ses manipulations, Eric Druon peut également vous fabriquer un sphinx, une spectaculaire « barque de Jadda » (« Star Wars », toujours), une armée de squelettes (une autre de marotte de ce « Baronsat » qui tire son pseudo du culte vaudou). En ce moment, il en est plutôt aux mosaïques, en attendant de passer à la sculpture. Le résultat est visible sur Internet, sur un site perso qui lui a déjà valu 40 000 connexions : une sorte de galerie d'exposition qui bouge tout le temps, puisque l'artiste de la briquette n'arrête pas de défaire et de refaire ce qu'il a déjà fait.


Clin d'oeil. Pendant que d'autres s'échinent sur Notre-Dame en allumettes, Eric Druon, alias Baronsat, se dit assez peu intéressé par le défi technique, lui qui rame comme un fou pour mettre en ligne les photos de ses modèles. Non, non, ce qui le branche, c'est la création en couleurs et en 3D, et surtout la référence à l'univers de la science-fiction et aux jouets qui s'en sont tellement inspirés ces dernières années. C'est ainsi qu'il s'est amusé à « customiser » un faux-vrai personnage de « Star Wars » dans une vraie-fausse boîte au logo du film, juste le temps de se faire éjecter par le George Lucas sur un site où il avait mis sa création aux enchères. Marrant. Clin d'oeil supplémentaire dans le détournement, il a même reconstitué en Lego une pub pour... Fisher Price.
Ca se complique ? Oui, mais c'est pour ça que c'est bon. Eric Druon navigue sans complexes de l'univers ado, qui manie la référence sans déférence, à la conscience d'adulte, qui exige de la cohérence. Et qu'on ne lui dise pas qu'il y a des comptes à régler avec l'enfance dans son acharnement à amasser Lego d'une part et figurines de l'autre, de « Star Wars » (eh oui, encore) à Batman. D'accord, sa soeur collectionne aussi les jouets. Et alors ? Merci docteur Freud, on appellera Vienne un autre jour. A peine si notre « customisé » se borne à constater qu'au XXIe siècle les enfants jouent de plus en plus tôt à des jeux d'adultes tandis que leurs parents font l'inverse : « Je n'ai toujours pas trouvé d'explication sociologique intéressante. »
Habiller en Père Noël son squelette fétiche réalisé en briques, c'est quand même plus rigolo.

Copyright Sud Ouest 2002



Bordeaux. Eric Druon et quelques-unes de ses créations

PHOTO MICHEL LACROIX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note de BaronSat:
Pour avoir des images agrandies, clicquez sur les modèles de la photo.

Accueil/Home